Peine
peine

Une peine est-elle à perpétuité

Johnny Hallyday, notre rockeur national, Jean d’Ormesson, ce « Prof de l’Etre« , Maurane, Anémone, etc.  Tous ces êtres qui ont fait partie de nos vies et qui disparaissent… Aujourd’hui, l’un de mes frères…

Dans un silence mêlé d’une étrange sensation, je me suis rendue-compte que je n’étais même pas surprise ou étonnée de la nouvelle, comme si le temps s’était juste figé quelques instants… Pourtant la peine est bien là, présente mais discrète, déjà mélancolique.

Nous le savons tous pourtant qu’un jour ou l’autre, notre mort, notre départ à tous, est inéluctable. Y sommes-nous préparés pour autant et pouvons-nous réellement surmonter  une peine, surtout si elle est à perpétuité ?

déprime
Comment sortir d’une déprime ou d’une peine

Comment se dire au-revoir ou adieu

Il y a dans la vie, des moments tragiques, des moments de souffrance, des moments d’une douleur intense, une peine non partageable, non compréhensible, non descriptible… qui nous est commune et si personnelle en même temps.

La perte d’un amour, d’un enfant, d’un ami, d’un parent, d’un frère ou d’une soeur, le mal de vivre, l’anxiété, la peur, la solitude, l’abandon, sont des situations toujours très difficiles à surmonter, à maîtriser, à vivre au quotidien.

Malheureusement, tout le monde y passe un jour ou l’autre, par ces états d’anéantissement, de détresse, de désarroi, de lassitude, de désespoir, de tristesse et de mélancolie, se disant que la peine ne pourra jamais être surmontée, que l’on n’arrivera jamais à « en  faire le deuil », qu’elle sera à perpétuité !

peine
La peine est parfois immense…

Comment surmonter une peine à perpétuité

Alors, réellement, qu’en est-il ? Peut-on effectivement tirer un trait sur toutes les mauvaises choses qu’une existence vous impose parfois, peut-on balayer d’un simple revers de la main, une partie de ce qui nous a construit, qui a participé à être ce que nous sommes aujourd’hui ?

« En  faire le deuil » ? Qu’est-ce-que cela veut  dire et doit-on inévitablement le faire ?  Autant de questions que l’on se pose et qui, pour la plupart, restent en suspens, en attente de réponses.

Une autre seule question encore : qui peut vous les apporter, ces réponses salvatrices ?

Apprendre à « faire le deuil »

Eh bien, comme à chaque fois : vous et vous seul !

Apprendre à accepter sans pour autant oublier nécessite du temps et un travail important sur soi tout d’abord.

Ensuite, face aux épreuves, nul n’est pareil, nul n’est identique

Certains démontreront soit une quelconque indifférence,  une capacité à surmonter n’importe quelle situation difficile, d’autres seront davantage effondrés, anéantis, comme s’ils avaient « implosés  de l’intérieur »

Toujours est-il que vous ne vous sortirez pas indemnes, si vous ne vous reprenez pas en main et vous occupez avant-tout de vous !

Comment y arriver

Je vous entends déjà me répliquer : « facile à dire mais c’est plus dur à faire ! »

heureux
Face à la peine, personne n’est le même

En effet. Rien n’est simple ni aisé face à la mort, à la perte ou à la disparition… d’autant que l’on ne s’y prépare pas systématiquement.

Toutefois,  connaître « le processus du deuil » vous aidera à mieux comprendre les phases nécessaires à la cicatrisation de ces maux.

·         Première phase : la fin de l’échange

Vous avez passé un certain laps de temps avec une personne que vous aimiez et qui est partie (décès, disparition ou séparation).

C’est le choc, l’inattendu, l’incrédulité,  la fin, même si parfois, vous vous y attendiez ! Émotionnellement  ce constat reste difficile à réaliser, à admettre, à accepter.

·         Deuxième phase : « Je te fuis et te recherche « 

La personne n’est plus là depuis des mois et pourtant vous continuez de « vivre » avec elle,  sans même vous en rendre compte parfois. Vous êtes encore dans l’échange et le partage. Ainsi, vous continuez de la rechercher,  coûte que coûte afin de préserver la relation interrompue. Vous touchez ses vêtements, écoutez sa voix sur le répondeur, regardez ses photos, vous parlez sans cesse d’elle… rien n’a plus d’importance que cette personne disparue.

L’absence et le vide

En parallèle, vous faites tout votre possible pour fuir la souffrance qui vous submerge, vous voulez éviter au maximum cette agitation intérieure, cette tension omniprésente.

Tout ceci est parfaitement normal dans le processus de deuil.

·         Troisième phase : la déstructuration

Arrivé à cette étape, vous  allez souffrir encore un peu plus, notamment parce que vous réalisez des mois et des mois après, que la personne n’est vraiment plus là et qu’elle ne reviendra pas ou plus !

Toute l’énergie que vous aviez mis à entretenir « la survivance » de cette relation n’a plus lieu d’être et vous revient, du coup, entièrement

Cette prise de conscience, ce retour vers vous  amplifient davantage le manque et l’absence, atteignant des niveaux de douleur à en devenir fou.  Plus rien n’a de sens, tout vous semble absurde et vain.

Néanmoins, une fois encore, tout ce parcours est  normal et prévisible, aussi terriblement douloureux soit-il.

·         Quatrième phase : la restructuration

Après des mois, voire des années, très difficiles, vous vous rapprochez de plus en plus de la cicatrisation de votre peine, de vos blessures.

Patiemment, vous réalisez qu’un lien d’une autre sorte s’est mis  en place, s’est installé en vous, dans une intimité presque secrète, tenant plus d’un lien de « cœur à cœur », indéfinissable, indescriptible.  Apaisé, vous pouvez alors accueillir de nouveau, la joie dans votre existence, sans pour autant oublier ou trahir la mémoire de la personne disparue.

Prenez soin de vous

·          Derniers conseils 

  1. Ne cherchez pas aller trop vite
  2. Ne perdez jamais espoir de renaître à la vie
  3. Ayez confiance en vous
  4. Acceptez le processus de deuil
  5. Soyez apaisé

Alors, même si vous êtes au fond du gouffre, alors que vous lisez ces lignes, ne perdez pas espoir – ne perdez jamais espoir ! Vous aussi, vous êtes capable de vous surpasser, de dépasser l’inimaginable.

arc en ciel
Mettez de la couleur à votre vie 

Qu’il s’agissent d’un décès, d’une séparation, d’un chagrin d’amour… un jour, votre peine va s’adoucir. Un jour, vous aussi, vous arriverez au bout du tunnel. Ayez confiance. Cela se passera aussi pour vous, même si vous n’y croyez plus aujourd’hui.

Bien sûr, il restera toujours  en vous, une cicatrice à l’endroit de votre blessure ; bien sûr, vous ressentirez toujours le manque et l’absence, mais le retour à la paix du cœur est la promesse que  peut vous  garantir tout le travail que vous avez effectué en vous et sur vous !

Que la Force soit avec vous…

P.S : Il n’y a pas si longtemps, je perdais ma meilleure amie… Voici un modeste hommage que je lui rends.

MA COP’S

Mon amie est partie
Un matin qu’il faisait gris
Sans pousser de cris
La vie ne lui a plus sourit…

Elle était celle qui m’écoutait
Celle à qui je me confiais
Celle qui m’épaulait
Celle que j’aimais…

De ces jours heureux
Nous étions deux
A faire des vœux
Pour tous nos aveux…

Elle va me manquer
A ne pas en douter
Au-delà des étés
De l’éternité…

Il me restera de toi
Les rires, les maux de foie
Les vêtements de soie
Que tu me donnas…

Tu es juste partie
Non pas dans l’oubli
Comme si tout était fini
Mais certainement au Paradis…

Je t’aime ma Cop’s !

(c) Marie Da Cruz 

Ex Assistante de Rédaction dans une boîte de Communication à Paris pendant près de 10 ans, je suis aujourd'hui une Rédactrice Web et Blogueuse Senior. Oui, j'ai bien dit "Senior" et fière de l'être ! Mes Clés du Bonheur - Le Blog Optimiste qui rend Heureux - Conseils et Astuces en Développement Personnel- Santé et Bien-être, Sexo, Psycho, Lifestyle - est le reflet de mon expérience de Vie. La partager avec vous est ma plus belle réussite ! Soyez donc fidèles à ce blog pour apprendre à comment devenir Heureux. A très vite donc !

15 commentaires

  • Marie Da Cruz

    Merci Sophia de ta sollicitude et compassion… Je pense surtout à « toutes les victimes » qui vivent de grandes peines.
    Il ne faut jamais baisser les bras, la Vie étant plus forte ! Amitiés.

  • Marie Da Cruz

    Sophia
    ladanseorientale.fr
    contact@ladanseorientale.fr

    Envoyé le 29/11/2015 à 8:46
    Je trouve ton billet très beau Marie. Je ressens que tu sais de quoi tu parles, et tu parviens à aborder un sujet très compliqué à partager. Je pense que la solitude que nous ressentons dans les grandes peines est aussi l’indice que nous allons nous en sortir par nous-mêmes, en nous appuyant sur le temps et l’acceptation, parce que la solution est en nous.De douces pensées pour toi qui traverse une dure épreuve.

  • Kaestner

    Right here is the perfect website for anybody who wants to find out about this topic. You realize a whole lot its almost hard to argue with you (not that I actually would want to…HaHa). You certainly put a fresh spin on a topic that’s been discussed for many years. Wonderful stuff, just excellent!

  • Ventura Limo

    That is a great tip especially to those fresh to the blogosphere. Short but very accurate information… Many thanks for sharing this one. A must read article!

  • Pablo Haffey

    My partner and I absolutely love your blog and find many of your post’s to be just what I’m looking for. Would you offer guest writers to write content for yourself? I wouldn’t mind creating a post or elaborating on most of the subjects you write regarding here. Again, awesome blog!|

  • Marlo Burbano

    Saludos! Te felicito por este sitio, me encantaria saber donde podria realizar la suscripción. Me parece que llevas a cabo un trabajo fantástico. Tus consejos me son útiles. Me despido y sigue adelante.

Vous pouvez me laisser un petit commentaire. Je réponds toujours

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :