Ce blog est fait pour vous

Marie Da Cruz
Marie Da Cruz 

Marie Da Cruz a un  style, bien à elle. Fille du Sud, on sent la force de se battre, de vouloir en découdre et d’aimer la vie même si celle-ci n’a pas toujours été tendre ni rose avec elle. Son blog s’appelle Mes Clés du Bonheur car ce sont des Conseils et Astuces pour être Imparfaitement Heureux au quotidien.

Grâce à son expertise des relations humaines, vous y trouverez des tas de conseils sur le couple où les sentiments et émotions sont décortiqués comme la jalousie, l’infidélité, la solitude mais aussi comment passer une journée agréable et sympa tout en regardant le temps passer et rire, par exemple.

Pour tout cela, soyez les bienvenus au Pays du Bonheur selon Marie et très bonnes lectures à tous !

Catégorie : Musique et son

Découvrez certains artistes méconnus ou dont on parle peu. Ici, montez le son et laissez-vous aller…

LIVE PASSION : A la découverte du groupe HINDER Cela faisait déjà un petit moment que VDC, un  » guitariste » passionné de bonne musique nous avait…

Publicités

 

Les chansons de Madonna de Daniel IchbiahLe dernier livre de Daniel Ichbiah : Les Chansons de Madonna

Ecrivain, Daniel Ichbiah est l’auteur de plusieurs best-sellers dont deux n°1 : Les 4 vies de Steve Jobs et Les chansons des Rolling Stones.

Il est aussi rédacteur en chef des magazines Comment ça marche et Tout le Savoir.

Aujourd’hui, il nous accorde une interview exclusive afin de nous présenter son dernier livre : « Les Chansons de Madonna » que j’affectionne particulièrement !

 

Bonjour Daniel. Pourquoi un énième livre sur Madonna ?

 

Parce qu’il m’est apparu qu’en tant qu’artiste, Madonna est sous-estimée, en partie par le fait que daniel-ichbiahc’est une chanteuse « à tubes ».

C’est un peu comme pour ce qui s’est passé avec Alfred Hitchcok que la critique a longtemps boudé du fait que c’était un cinéaste à succès. Puis avec le recul, il a été réalisé qu’il avait un talent authentique de metteur en scène, ce que François Truffaut a brillamment concrétisé avec son livre d’entretiens avec Hitchcock.

Pour ce qui est de Madonna, avec le temps, il se dessine un vrai tracé, un parcours avec des méandres, des sinuosités, des phases… Un peu comme un peintre à la Picasso.

Par ailleurs, on ignore souvent qu’elle écrit elle-même les paroles de ses chansons, enfin d’un grand nombre d’entre elles et qu’elle y expose des thèmes forts : en 2003, avec ‘American Life’ alors que l’Amérique de Bush se veut belliqueuse et triomphante, elle dénonce le mode de vie consumériste et invite ses concitoyens à voir au-delà du superficiel, dans ‘Oh Father’ vers la fin des années 80, elle évoque les rapports difficiles qu’elle a eue avec son père…

Elle a aussi abordé des thèmes spirituels très forts.

Fondamentalement, c’est quelqu’un qui est à la recherche de l’harmonie et souhaite pacifier les rapports humains… Nous en avons eu un exemple dans son clip ‘I want to start a revolution’.

 

Pourtant, la chanteuse a souvent eu la réputation d’user et abuser de la provocation, non ?…

 

Oui mais, on pourrait dire que tout ce qu’elle fait vise à atteindre un objectif. Bien évidemment, au tout départ, lorsque elle se déhanche avec des poses ultra-ambigües sur la scène des MTV Awards en robe de mariée pour lancer ‘Like a Virgin’ en 1984 elle sait où elle veut en venir. Elle veut aguicher pour se faire connaître à grande échelle et le pari sera transformé. Du jour au lendemain, on ne parle plus que d’elle.

Toutefois, comme d’autres grands artistes, je pense notamment à Bono de U2, elle a su user de sa position de puissance pour faire passer des messages de tolérance de l’autre. L’un des meilleurs exemples est la vidéo ‘I want to start a revolution’.

Madonna exploite ouvertement sa beauté physique un peu aguichante et un look très ‘street’ parce qu’elle sait qu’elle va ainsi ratisser au plus large. Une fois qu’elle a eu notre attention, que fait-elle ? Elle fait passer un message ultra-philosophique comme quoi il ne faut jamais chercher la faute chez l’autre et que tout part de soi. C’est incroyable. C’est suprêmement intelligent.

Ron PopeLIVE PASSION : A la découverte de Ron POPE

 

Encore une fois c’est par mes enfants que je découvre, il y a 2 ans, ce musicien à la voix  si particulière et aux mélodies romantico/rock.

Ce n’est pas nouveau pour moi, mais un des grands avantages des séries-télé dites a l’eau de rose et irrésistibles pour les teenagers en manque de frissons, est celui d’avoir des bandes-son toujours choisies avec bon gout et surtout faisant émerger des chanteurs/compositeurs parfois jusqu’alors inconnus du grand public… Ron Pope est un de ceux là.

Ron Pope est né le 23 juillet 1983 et est un musicien, chanteur, compositeur, guitariste de New York.

Il a fait ses études à l’Université de New York, où il devient un incontournable de la scène musicale de Greenwich Village. Il a également fait partie du groupe The District, composé de six musiciens : Ron Pope, Chris Kienel, Paul Hammer, Zach Berkman, Mike Clifford et Adam Saul Bloch.

Son style de musique est  du pop/rock indépendant et il écrit ses chansons dans une perspective toujours sérieuse et sincère. Il fait partie du label Universal Republic, qui a comme artistes Taylor Swift, Jack Johnson ou encore la regrettée Amy Winehouse.

Sa chanson la plus connue « A Drop In The Ocean » fut utilisée dans le premier épisode de la troisième saison de Vampire Diaries et du coup sachant que c’était l’une de ses chansons préférées,  j’en ai fait le thème de la vidéo souvenir réalisée a la gloire de ma fille pour l’anniversaire de ses 20 ans.

Ron Pope a souvent été comparé à des artistes tels que Bruce Springsteen, Eric Clapton ou bien encore U2, serait-ce parce qu’il utilise lui aussi une Fender stratocaster lors de ses concerts ?Ron Pope 1

Il peut sembler prétentieux de comparer Ron Pope à des artistes confirmés  avec un nombre d’albums de platine acquis durant leurs décennies, mais ça semble honnête si on veut décrire son potentiel de cette façon.

En  adolescent calme, Ron écoutait The Band, Stevie Wonder et d’innombrables heures du Bob Dylan, des artistes qui influenceront sa profondeur d’écriture, son style vocal et le mariage de mélodies pop avec des riffs de guitare bluesy au grain folk.

Ron  Pope, devenu grand délaissa sa personnalité calme, au moment où il a quitté sa maison d’enfance dans la banlieue d’Atlanta pour poursuivre son premier amour, le base-ball, à l’Université Rutgers. Il a joué pendant deux saisons, mais la route du sport collégial fut pavée d’entorses et de multiples fractures.

Après une dernière blessure qui mis fin a sa carrière, il déménagea pour suivre un nouveau rêve à New York : inspirer les gens à travers sa musique avec des chansons mélancoliques sur l’amour, la perte ou la rédemption, ainsi que des airs sincères au sujet de grandir et trouver votre chemin du retour.

Il dit lors d’une interview… « D’abord, je voulais jouer comme Hendrix. Puis, j’ai essayé de créer des paysages sonores uniques comme Johnny Greenwood ou The Edge. Mais mon incapacité à faire exactement comme eux m’a permis de trouver autre chose…mon propre style »… et c’est tant mieux car son timbre de voix le classe a part.

Ron Pope 2Initialement en groupe, la carrière solo de Ron Pope a évolué à partir du moment où contraint d’essayer de nouveaux sons, utiliser divers instruments, il commença à écrire plus de chansons, à produire quelque chose d’original  et durable.  Sa chanson en 2006, «A Drop In The Ocean » devient rapidement un top des téléchargements en ligne.

Les fans de Ron Pope, à travers les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ont explosés de joie quand la chanson est devenue un top 100 du téléchargement sur iTunes. Une des vidéos postées sur Youtube a plus de 20 millions de vues !

Quatre albums indépendants et 145 singles sur iTunes plus tard, Ron  Pope nous montre une autre facette de son talent. Avec son dernier album,  Calling Off The Dogs  (sortie mondiale le 6 Janvier 2014), il explore un nouveau  territoire. Le premier single,  Lick My Wounds est le premier avant goût de cette nouvelle exploration.

Comme l’a dit si gentiment un critique: «Lick My Wounds » est plus accrocheur qu’un piège à souris et un milliard de fois plus agréable de s’y laisser prendre ​​ »